Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter


On hisse les voiles


Vue latérale de l'International 14 KC 1, Lady Esther, 1935 (SMSTC)

Officiellement au Canada, le yachting remonte à la première moitié du XIXe siècle. Les premiers organismes de yachting ont pris naissance à Halifax, en 1837, et à Toronto, en 1854. Tout comme dans le cas de l'aviron de compétition, la tradition du yachting appartenait à la classe oisive et a été transmise du Royaume-Uni au Canada comme le corrobore l'usage fréquent du terme « Royal » dans les noms de yacht-clubs canadiens. Comme nous l'avons constaté, la navigation de plaisance faisait aussi partie des traditions entourant le canot en bois et la yole au Canada. Le yachting, cependant, mettait l'accent presque exclusivement sur les compétences et la vitesse nécessaires à la manipulation de bateaux sous voiles. Les yacht-clubs et les clubs de voile offraient un forum social et une structure institutionnelle pour tenir des compétitions ordinaires.


Détails de l'intérieur de l'International 14 KC 1, Lady Esther, 1935 (SMSTC)

Au XIXe siècle, le yachting est associé surtout à des bateaux de plus grande taille, mais l'élargissement de la classe oisive a pour effet d'ouvrir, grâce à un réseau de clubs, les compétitions à de plus petits voiliers ouverts dirigés par des équipages d'une ou deux personnes. Le dériveur International 14 prend naissance dans l'ouest de l'Angleterre à la fin du XIXe siècle. John Gallagher, dans Yacht Racing and Cruising (juin 1981, p. 87), le décrit comme la première classe dans le développement du dériveur de compétition tel que nous le connaissons aujourd'hui. Dans un chapitre du livre Pleasure Boating, Sail and Power (New York, Crescent Books, 1977, p. 32), Goran Peterson affirme que l'International 14 est le principal précurseur des dériveurs. En 1927, l'International 14 est devenu le premier dériveur coté par l'Union internationale de courses de yacht. La classe fit son apparition officielle au Canada dans les années 1930.


Vue arrière de l'International 14 KC 1, Lady Esther, 1935 (SMSTC)

La popularité et le succès de l'International 14 sont attribuables à sa réputation en tant qu'embarcation vive pouvant transporter beaucoup de voile et exigeant un niveau élevé de compétences de la part de son équipage. En tant que classe en développement, l'International 14 a donné lieu à des règles qui servent de paramètres aux diverses innovations et modifications que peuvent adopter les concepteurs. (Voir l'article de Rod Mincher intitulé « Designers' Forum: The Development Dinghy » dans la revue Yachting, novembre 1980, p. 98). Les Canadiens, en particulier Bruce Kirby (reconnu pour son design du Laser), ont grandement contribué au développement de cette classe.

La collection du Musée contient le premier International 14 immatriculé au Canada. Connu sous le nom de Lady Esther, le bateau date de 1935 et porte le numéro de voile KC 1 (930277). C'est Charles Bourke qui a conçu le Lady Esther à Toronto, mais il a appartenu à un résidant d'Ottawa et il a navigué dans les eaux de cette région de 1941 jusqu'à ce que le Musée en fasse l'acquisition. Le Lady Esther a joui d'une longue carrière de compétition et remporté de nombreux succès. Il est entre autres arrivé premier aux trois courses des premières régates annuelles de la St. Lawrence Valley Yacht Racing Association. En outre, un certain jeune yachtman talentueux, Bruce Kirby, a même fait la course avec ce vieil International 14 lorsqu'il faisait partie du Britannia Yacht Club d'Ottawa.