Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter


Voir loin

Septembre 2002 a marqué le cinquantième anniversaire de la télédiffusion régulière au Canada. Le Musée des sciences et de la technologie du Canada compte dans sa collection quelque 430 objets témoignant de la télévision, des récepteurs aux magnétoscopes à cassettes, en passant par les caméras. Si la télévision occupe une place aussi grande dans la collection du Musée, c’est parce qu’elle a été un instrument capital de la transformation culturelle du pays. Depuis l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, l’histoire du Canada a été marquée par l’évolution de la technologie des communications et du tissu social, qui a fait éclater l’idéal des collectivités stables fondées sur les liens de parenté, les coutumes communes et l’indépendance économique. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, aucun autre système de communication que la télévision n’a joué un rôle aussi évident dans cette transformation.

La télévision a constitué un réservoir d’expériences communes sous forme d’images, de langue, de références et même de relations fictives partagées, qui s’étend à l’échelle nationale, continentale et mondiale. Le fait d’exposer les Canadiens et Canadiennes à des influences culturelles autres que celles de leur milieu immédiat a été perçu comme un facteur d’américanisation. Par ailleurs, les défenseurs de la télédiffusion publique ont cherché à canaliser ce pouvoir pour aviver le sentiment d’appartenance à un peuple. C’est précisément à cette fin que l’on a mis sur pied les réseaux français et anglais de la Société Radio-Canada (SRC). Néanmoins, au Canada et à l’étranger, la télévision a été accusée de bien des fautes : dégrader la culture et les gens, véhiculer des divertissements abrutissants, violents ou donnant dans l’exploitation sexuelle, encourager la passivité, favoriser l’obésité, nuire à la créativité et éroder la vie communautaire et la société civile. Par sa programmation et ses commerciaux, la télévision a non seulement incité à consommer certains nouveaux produits, mais elle a aussi mis de l’avant l’activité même de consommer comme mode de vie. On a aussi acclamé la télévision pour son influence révolutionnaire sur la conscience humaine, car elle avait fait éclater la perspective linéaire et autoritaire de la culture imprimée. Parce qu’elle sollicite la participation totale des sens, divise la réalité en points de vue multiples et revalorise la communication orale, certains croient qu’elle crée un « village global ».