Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter

Connexions

Compris ? Vendez !

Pour nous, le défilé de célébrités sous une pluie de rubans de téléscripteurs appartient à l'époque des actualités filmées. Mais ces rubans et les machines qui les imprimaient étaient choses courantes dans les secteurs financiers des grandes villes jusqu'à il y a une génération. Le téléscripteur est une application ancienne et persistante de la télégraphie, la première qui ait utilisé l'électricité pour envoyer des messages. Les chefs d'entreprises, dont les profits dépendaient d'une information fraîche et précise, ont vite adopté le télégraphe, qui fut bientôt adapté à leurs besoins.


Courtiers prenant un bref moment de répit à la bourse des céréales de Toronto en 1885. Les numéros apparaissant sur le téléscripteur pouvaient apporter la fortune ou la ruine en quelques minutes. (Archives nationales du Canada, AP 135845)

Les premiers télégraphes utilisables ont été brevetés aux noms de William Fothergill Cooke et Charles Wheatstone en Grande-Bretagne (1837) et de Samuel Morse et ses associés aux États-Unis (1840). En 1846, la première ligne télégraphique du Canada relia Toronto et Hamilton. Règle générale, ces nouveaux systèmes employaient un courant continu à interruption et un électro-aimant pour déplacer une aiguille d'indicateur, marquer un ruban de papier ou émettre un son. Les messages étaient envoyés en code et devaient être déchiffrés et transcrits sur papier par un télégraphiste.

Pour éliminer l'étape de transcription, les inventeurs ne tardèrent pas à mettre au point des télégraphes imprimeurs. L'une des applications de ces appareils était de transmettre directement les cours des titres et marchandises aux bureaux des marchands, des banquiers et des courtiers. Le premier appareil imprimeur du genre fut fabriqué à New York en 1867 et, en 1869, le jeune Thomas Edison y apporta la première d'une suite d'améliorations. L'appareil enregistreur de cotes d'Edison exposé dans Connexions (870279*) a probablement été fabriqué à la fin du XIXe siècle.

À titre de premier système de communications électrique et numérique, la télégraphie a accru le nombre et le rythme des activités commerciales, facilité l'exploitation des chemins de fer, accéléré la transmission des nouvelles aux journaux et étendu l'action des gouvernements. Elle a eu des effets directs ou indirects sur la vie de tout le monde. Mais, par rapport aux normes d'aujourd'hui, la télégraphie était lente, inflexible et inaccessible. Seulement à l'occasion ou en cas d'urgence, les gens se permettaient d'envoyer un bref « télégramme ».

*Les numéros entre parenthèses sont les numéros d'acquisition des objets de la collection du Musée.